Accueil > Les formations de l’enseignement supérieur

Les formations de l’enseignement supérieur

Activités physiques et sportives

Professeur d’EPS, moniteur ou éducateur sportif, guide de haute montagne, ou encore gestionnaire de club… l’univers du sport gagne de plus en plus d’adeptes. Sur le terrain ou en dehors, le secteur sportif mobilise en France près de 400 000 personnes. Professionnalisation oblige, les employeurs (clubs, salles de remise en forme, vendeurs
d’articles spécialisés…) exigent des qualifications et des compétences de plus en plus précises. Pour mieux illustrer l’adage Mens sana in corpore sano !

Agriculture

Viticulteur, éleveur ou encore maraîcher… la filière agricole offre aujourd’hui un éventail d’emplois variés, que ce soit dans la production, le conseil ou la vente. Les formations agricoles imposent une polyvalence à l’instar des chefs d’exploitation qui gèrent personnel, investissements et actions sur le terrain. Le monde agricole a en effet besoin
d’une main-d’oeuvre de plus en plus qualifiée, au fait de la réglementation, soucieuse des problématiques écologiques et capable d’utiliser un matériel de plus en plus perfectionné.

Classes préparatoires aux grandes écoles

D’HEC à Polytechnique, en passant par Sup de Co ou Normale Sup, les classes préparatoires, appelées aussi CPGE, sont la voie d’accès privilégiée aux grandes écoles. Souvent hébergées dans les lycées, elles sélectionnent en général les étudiants sur dossier et les préparent en 2 ou 3 ans aux différents concours. On distingue trois familles de classes prépas :

  • les littéraires et artistiques,
  • les scientifiques et technologiques
  • et les économiques.

Commerce

Géants de la distribution, commerces de proximité, sites de vente en ligne… le secteur du commerce est très demandé par les étudiants, ce qui justifie la multiplicité des cursus et des formations. Plus de trois millions de personnes en France travaillent dans le commerce ou dans la vente. Stables depuis plusieurs années, les effectifs du secteur devraient continuer à se maintenir, grâce notamment à l’e-commerce, un secteur en pleine expansion.

Communication, industries graphiques, audiovisuel

En agence ou au sein d’une institution, les professionnels de la communication sont confrontés à tous les défis : donner du sens, informer, promouvoir, rendre compte, emporter l’adhésion… Quelle que soit la fonction, culture générale, maîtrise des langues, techniques professionnelles et connaissance des nouvelles technologies sont indispensables pour s’imposer dans ce secteur. L’ère du numérique offre en outre de nouvelles opportunités d’emploi.

Économie, droit, gestion

Avec l’explosion du secteur tertiaire, les étudiants trouveront dans cette filière les voies d’accès à de multiples débouchés : logistique, banque, assurance, comptabilité, ressources humaines, vente, marketing mais aussi fonction publique (magistrature, police, trésor public…) sont autant de voies possibles. Les filières courtes professionnelles peuvent aussi préparer un cursus long pour une meilleure garantie d’insertion.

Enseignement

Depuis 2011, l’accès aux métiers de l’éducation et de l’enseignement passe désormais par des masters spécialisés. Si leur objectif premier est souvent de préparer les étudiants aux concours de recrutement de l’Éducation nationale, de dispenser une première formation professionnelle, d’initier à la recherche, ils sont la porte ouverte à de multiples débouchés : professeur, conseiller principal d’éducation, conseiller technique de service social, agent comptable...

Hôtellerie, tourisme, transport

Les métiers liés au tourisme vont de l’organisation de voyages jusqu’à la réception de touristes, intègrent les questions d’hébergement, de restauration, de transports tout autant que de loisirs. De l’accueil à la promotion, en passant par la location de véhicules, il s’agit d’un secteur stratégique autant au niveau national que pour les collectivités locales. C’est dire que les débouchés ne manquent pas.

Informatique, électronique, réseaux

Ordinateur, téléphone portable, voiture, télévision ou télé-médecine, réseaux sociaux :
l’informatique, aujourd’hui intégrée à toutes les activités humaines, est avant tout une science. Le secteur recrute des techniciens ou ingénieurs (spécialiste du dépannage, de la sécurité informatique, ingénieur système, webmestre, concepteur/développeur…), des « informaticiens » dont le niveau de qualification est de plus en plus élevé.

Industrie

Avec quelque 230 000 entreprises et plus de 3 millions de salariés, le secteur industriel demeure une composante très importante de l’économie française. De l’automobile à l’aéronautique en passant par le textile, les biotechnologies, la plasturgie et l’énergie, les métiers, les carrières sont très diversifiés et touchent à la conception, à la production, à la gestion et à la vente de produits finis ou semi-finis.

Santé, social et soins

D’un côté, une demande de soins et des difficultés économiques et sociales en hausse ; de l’autre, des départs à la retraite et un manque de professionnels diplômés. Les secteurs de la santé et du social sont aujourd’hui pourvoyeurs d’emplois. Auxiliaire de vie, conseiller en économie sociale et familiale, éducateur, infirmier, masseurkinésithérapeute, pharmacien, médecin… autant de vocations qui relèvent de l’hôpital, des collectivités territoriales ou de professions libérales.

Sciences de l’environnement

La prise en compte des enjeux environnementaux s’est non seulement imposée à tous les champs de l’activité économique mais elle constitue aussi désormais un vivier à part entière pour de nouveaux emplois. Gestion de l’eau, des énergies ou des déchets, éco-construction, maîtrise des normes sont autant de sources de formations pour des ouvriers, techniciens, ou ingénieurs dans des collectivités locales ou des entreprises éco-productrices. La France compte déjà 400 000 emplois « verts ».

Par niveau de recrutement

Par diplôme national